20121558

De Michael Haneke avec Jean-Louis TrintignantEmmanelle Riva et Isabelle Hupert

 

 

SynopsisGeorges et Anne sont octogénaires, ce sont des gens cultivés, professeurs de musique à la retraite. Leur fille, également musicienne, vit à l’étranger avec sa famille. Un jour, Anne est victime d’une petite attaque cérébrale. Lorsqu’elle sort de l’hôpital et revient chez elle, elle est paralysée d’un côté. L’amour qui unit ce vieux couple va être mis à rude épreuve.

 

La boucle ou l'apothéose :

Habitué aux récompenses, surtout à cannes (grand prix du jury pour "La pianiste", prix de la mise en scène pour "Caché", palme d'or pour "le ruban blanc"), le réalisateur autrichien pulvérise son score en remportant l'oscar, le césar, la palme d'or et le BAFTA du meilleur film pour ce nouveau long-métrage.

Après un détour par le thriller avec "Caché" et le remake de son film "Funny Game", Haneke revient au drame âpre et intime avec "Amour"

Avec ce film, Haneke réussit le tour de force d'aborder un des plus grands tabous de nos sociétés modernes mais vieillissantes : la fin de vie, tout en ne sombrant pas dans le voyeurisme malsain.

S'attachant à ne rien cacher des pires affres du grand âge, il n'oublie pourtant ni la délicatesse ni la dignité.

En choisissant de montrer l'intimité d'un couple âgé confronté soudainement au déclin du corps et de l'esprit, il touche pour la première fois quelque chose d'universel : le quotidien de l'amour

Georges et Anne s'aiment envers et contre tout, malgré les années qui passent et vivent paisiblement dans leur grand appartement devenu leur musée, leur cocon. 

Un matin, Anne fait une attaque et bouleverse leur calme retraite.

Ils ne baissent pas les bras, ils se battent ensemble contre la maladie et tentent de reprendre un quotidien le plus normal possible.

Côte à côte, puis l'un contre l'autre, ils vont lutter jusqu'à l'indicible.

Haneke fait exister leur univers en faisant montre d'une incroyable maîtrise de la profondeur de champ, d'une esthétique chirurgicale du cadre et de l'utilisation parfois anxyogène du hors-champ.

Il prend le temps d'installer le spectateur dans ce quotidien en étirant les plans jusqu'à faire ressentir le temps de l'action et ainsi faire monter l'émotion.

Mais, grâce à une mise en scène sèche et sans fioriture, Haneke parvient à dérouler cette douloureuse histoire sans pathos et soulève une question tabou : vivre plus longtemps oui, mais dans quelles conditions et avec quelle aide?

On sort de ce film bouleversés mais convaincus par la véracité des sentiments des personnages et par cette illustration de la vieillesse qui dérange mais qui devient un véritable problème de société.

Conclusion :

Un film rêche, maîtrisé, chirurgical mais terriblement émouvant et utile sur un sujet malheureusement encore éludé à notre époque.

 

20121556