De Derek Cianfrance avec Ryan Gosling et Michelle Williams (2010)

19589530SynopsisA travers une galerie d’instants volés, passés ou présents, l’histoire d’un amour que l’on pensait avoir trouvé, et qui pourtant s’échappe… Dean et Cindy se remémorent les bons moments de leur histoire et se donnent encore une chance, le temps d’une nuit, pour sauver leur mariage vacillant.

Amour désamour 

Comment montrer l'évolution du couple en moins de deux heures? Voici la mission presque impossible que s'est donné Derek Cianfrance avec ce film, quelques années avant de réaliser la grande fresque familiale qu'est "The place beyond the pines".

Pour ce faire, il a pris les deux acteurs les plus doués dans le genre romance douloureuse et personnages sociopathes et hypersensibles : Michelle Williams et Ryan Gosling.

Leur émotions à vif nous parviennent brutes et leur couple fonctionne tellement bien à l'écran qu'on se demande pourquoi aucun autre réalisateur n'avait pensé à les réunir avant.

Pas moins de 57 versions du scénario et 11 ans de reports réguliers ont été nécessaires à l'aboutissement de ce long-métrage.

Accouché dans la douleur, ce film a bien failli ne jamais voir le jour à cause des autres projets de Gosling et des drames familiaux de Michelle Williams (le décès de son compagnon, l'inoubliable Jocker : Heath Ledger).

Ces retards ont permis de maturer le projet et ça se voit!

Plutôt qu'un simple drame amoureux linéaire, Ciafrance donne un tour réaliste et durement adulte en confrontant deux phases d'un même couple : les emballements du débuts aux réactions épidermiques, prémices d'une fin de l'amour.

Présenté dans un écrin granuleux et bleuté, docu esthétisant, cette autopsie d'un couple lambda touche à l'universel en allant au plus profond de l'intimité, confirmant ainsi que plus on parle de son expérience personnelle, plus on touche les autres.

Balotté entre l'émotion positive d'assister aux débuts de l'histoire d'amour de Dean et Cindy, deux jeunes gens simples et sans histoire qui se rencontrent fortuitement, et la tristesse de voir ce même amour s'effriter quelques années plus tard, le spectateur est embarqué dans un manège à sensations fortes.

La bonne idée du réalisateur est de mélanger les deux époques à grand renfort de flashbacks, et de dérouler les deux histoires en simultané (comme dans le brillant 500 jours ensemble).

Tant et si bien qu'à la fin, on finit par se demander s'il s'agit du même couple tellement ces deux phases, séparées de seulement 5 ou 6 ans, sont antinomiques.

Quelques clés nous sont données au grés des rebondissements : Cindy a quitté une famille dysfonctionnelle (un père violent, une mère soumise) pour en recréer une autre et questionne au passage le poids du passé sur le déroulement de l'avenir.

Dean, quand à lui est un romantique à fleur de peau et prouve que pour aimer, il faut être deux.

la véracité des sentiments des personnages et des situations est bouleversante, exacerbée par l'interprétation sans failles de Ryan Gosling, tour à tour charmeur et pathétique,et Michelle Williams touchante et irritante à la fois.

On sort de cette chronique sentimentale abasourdi par la maîtrise et la justesse crue de cette histoire qui décortique tous les moments-clé de la vie de couple/famille.

Conclusion: Un film réaliste et charnel qui, en démontant les mécanismes du désamour finit par toucher à l'universalité de l'amour : brillant !

Note : 7,5/10

19719806

blue-valentine-hotel