21028038_20130813155654441

De Denis Villeneuve avec Hugh Jackman, Terrence Howard, Jake Gyllenhaal et Paul Dano

 

Synopsis : Interdit aux moins de 12 ans. Dans la banlieue de Boston, deux fillettes de 6 ans, Anna et Joy, ont disparu. Le détective Loki privilégie la thèse du kidnapping suite au témoignage de Keller, le père d’Anna. Le suspect numéro 1 est rapidement arrêté mais est relâché quelques jours plus tard faute de preuve, entrainant la fureur de Keller. Aveuglé par sa douleur, le père dévasté se lance alors dans une course contre la montre pour retrouver les enfants disparus. De son côté, Loki essaie de trouver des indices pour arrêter le coupable avant que Keller ne commette l’irréparable… Les jours passent et les chances de retrouver les fillettes s’amenuisent…

 

Au pays de l'hiver et de l'angoisse 


Le film s'ouvre sur l'imagerie classique de Thanksgiving dans la banlieue américaine. Deux familles voisines cuisinent, décorent et rient ensemble, sans se douter que le mal rôde autour.

Subtilement ancré dans l'hiver par les teintes grisâtres, la pluie qui le dispute à la neige, les arbres sans feuilles et les doudounes comme costume, le nouveau film de Denis Villeneuve, repéré avec son précédent long-métrage "Incendies", distille un climat de sordide et de malheur qui rôde.

Mais plus que le temps qu'il fait, c'est le temps comme mesure qui fait la réussite de ce thriller

Le temps est en effet un personnage clé dans ce film tant, dès la séquence d'exposition, Denis Villeneuve installe ses personnages dans une instantanéité à laquelle le spectateur ne peut qu'adhérer.

Dès les préparatifs de ce thanksgiving, les personnages sentent le vécu et l'identification n'en est que plus efficace. C'est là tout l'enjeu de ce long-métrage, qui va jouer sur l'empathie du spectateur vis-à-vis de ces deux familles si proches mais aux réactions bien distinctes à mesure que les jours passent et que l'angoisse devient palpable jusqu'à devenir oppressante.

Que ferions-nous à leur place? C'est le cruel miroir que nous tend le réalisateur canadien aux spectateurs.

21038123_2013090912561720821036199_20130904173936315

L'intelligence de ce thriller à l'âme sombre est de faire ressentir le poids des minutes, des heures et des jours qui passent après la disparition des fillettes. 

Pour celà, Denis Villeneuve montre simplement comment se passe le quotidien de ses deux familles plongées subitement dans l'effroi et l'angoisse. La lente déchéance de ces gens "normaux" confrontés à l'horreur de la disparition de deux petites filles.

Ce qui fait que, lorsque ces personnages versent lentement dans l'illegalité et remettent en cause les méthodes du policier en charge de l'enquête, le spectateur oscille entre approbation et dégoût.

Il faut dire que les nerfs des personnages, et par résonnance, ceux des spectateurs, sont mis à rude épreuve tant le rythme ne faiblit pas, entre les piétinements et soubressauts de l'enquête et les familles qui sombrent dans l'horreur.

Mais, à force de rebondissements et de faux semblants, le spectateur se met à fantasmer un final aux portes de la folie.

Mais, autant le dire tout de suite : il n'en est rien et c'est bien dommage.

Plus de deux heures trente d'une tension sans faille qui retombe abruptement, telle une ferrari lancée à 300km/h heurtant de plein fouet un mur.

Beaucoup de pistes restent inexploitées, laissant imaginer ce que ce film aurait pu être s'il avait tendu vers l'épure qu'il semblait vouloir atteidre.

 

 

21038125_2013090912561772421038128_20130909125618474

 

 

Mais reste quand même une sensation persistante de malaise, longtemps après la projection, signe d'un suspense efficace et d'une intelligente psychologie des personnages. Petit bémol concernant tout de même le policier campé par Jake Gyllenhaal, en deça de ses performances habituelles et qui pénalise par moments le bon déroulé de l'histoire.

Mentions spéciales à Paul Dano, qui ne cesse de surprendre par sa palette de jeu et sa profondeur depuis "Looper" et "Elle s'appelle Ruby" et Hugh Jackman, fragile et puissant, comme à son habitude

En résumé : un suspense haletant, une histoire viscérale savamment rythmée mais qui perd en efficacité lors d'un final un cran en dessous du reste du film. Une belle pépite noire qui perd de son brillant en cours de route en passant d'un thriller efficace à un drame plus convenu

Note : 7/10